Benoît Menut

© Bernard Martinez

Benoît Menut

 « De l’énergie en sons, portée par du sens ». 


C’est ainsi que le compositeur Benoît Menut aime à définir son travail. Il se passionne pour le lien étroit entre musique et mots, qui sont source d’inspiration permanente, tant dans sa musique vocale qu’instrumentale. Grand Prix SACEM 2016 de la musique symphonique (catégorie jeune compositeur) et lauréat des fondations Banque Populaire (2008) et Francis et Mica Salabert (2014), il compose en 2018 pour l’Opéra de St. Étienne Fando et Lis, d’après la pièce de F. Arrabal, et remporte pour son premier opéra le prix Nouveau Talent de la SACD 2019 et le Prix Charles Oulmont 2019.

Il poursuit depuis une trajectoire théâtrale de plus en plus prononcée, tant pour le jeune public (Stella et le Maître des souhaits, opéra pour la Philharmonie de Paris, Symphonie pour une Plume, pour l’Orchestre Symphonique de Bretagne) que tous les publics (La Légende de Saint Julien, d’après G. Flaubert, Le petit garçon qui avait envie d’espace, J. Giono). Cet attrait se matérialise aussi par des collaborations avec des ensembles vocaux tels Musicatreize, les Maîtrises de Radio-France et Notre-Dame de Paris, Les Cris de Paris, Les Discours…

Il est créé par de nombreux solistes comme David Kadouch, Ophélie Gaillard, Jean Ferrandis, Patrick Langot, Stéphanie Moraly, Christophe Beau, Philippe Muller, Lise Berthaud, Clément Saunier, Maya Villanueva, Françoise Kubler, les Quatuors Tana, Stanislas, l’Ensemble Calioppée, l’Ensemble Hélios, le Trio Karénine…

Il fut compositeur associé à l’Orchestre Symphonique de Bretagne de 2014 à 2019 et résident à l’abbaye de La Prée de 2007 à 2009.

Comprenant plus de 120 opus, son catalogue embrasse toutes les formes d’expression musicale et fait de lui un des compositeurs français les plus en vue de sa génération. La musique de chambre – en particulier l’écriture pour les instruments à cordes – tient une place bien particulière dans son travail.

Né à la pointe Ouest de l’Europe occidentale, cet ancien élève du Conservatoire de Paris poursuit sa formation avec le compositeur Olivier Greif. Il poursuit aujourd’hui son chemin singulier, avec entre autres des œuvres inspirées par les écrivains Christian Bobin, Andrée Chedid ou encore Pascal Quignard, et veille à marier l’exigence d’une écriture lyrique et structurée et une sincère volonté de rester proche du public et des interprètes, comme une sorte de « metteur en scène » des émotions.

En 2021, son disque monographique “Les îles”  (Harmonia Mundi) lui a valu l’obtention du Prix des Professeurs au Grand Prix des Lycéens ainsi qu’une nomination aux Victoires de la Musique.

Sa musique est éditée aux Éditions Musicales Artchipel.