Raphaël Chrétien

Raphaël Chrétien

Violoncelle

Issu d’une famille de musiciens, Raphael Chrétien naît en 1972 et débute très tôt le piano et le violoncelle, d’abord avec son père puis auprès d’Alain Meunier. Dès l’âge de quatorze ans, il est sélectionné par Mstislav Rostropovitch, pour participer à sa master-class parisienne consacrée à Prokofiev. Il intègre l’année suivante le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris (CNSMDP) dans la classe de Philippe Muller et de Christian Ivaldi, où il obtient quelques années plus tard les premiers prix de Violoncelle et de Musique de chambre.

Au cours de cycles de perfectionnement au CNSMDP et à l’Académie de musique de Bale (Konzert Diploma), il rencontre notamment Miklos Perenyi, Janos Starker, Paul Tortelier, mais également Pierre Boulez qui écrit à cette époque : J’ai entendu Raphaël Chrétien et fus vivement impressionné par son interprétation du triple concerto de Beethoven au Théâtre des Champs-Élysées.

Lauréat de plusieurs concours internationaux, dont le Prix spécial Martinu au Concours international de Prague ou le Grand Prix et le Prix du Public au Concours international de Belgrade, puis enrichi d’une expérience comme co-principal du London Symphony Orchestra, il entame alors une intense carrière de concertiste qui l’amène à se produire aujourd’hui dans le monde entier.

Partenaire très apprécié en musique de chambre, Raphaël Chrétien est ainsi l’invité régulier de nombreux festivals français (Classique au vert-Paris, Flâneries de Reims, les Arcs, Folles journées de Nantes, Nancyphonies, Pâques de Deauville…) et internationaux (Kei Hanna concert series-Jap, Moscow conservatory in America, Musicadhoy-Esp, Nordic music days, Danemark…); il est aussi l’un des rares musiciens européens conviés au célèbre Marlboro music festival-Usa, aux côtés d’artistes tels que Médor, le quatuor Julliard, Andras Schi et Mitsuko Ushida. 

En soliste, il s’est notamment produit avec l’orchestre National d’Ile de France, les Siècles, le Philharmonique de Prague, la Camerata de Salzbourg, le Guildhall symphony orchestra, le Dresden universitat orchester, l’orchestre de Caen, l’orchestre de Cannes- PACA, le Radio-symphonique de Bâle, la Ciudad de Granada. . . sous la direction de Jiri Belohavek, Philippe Bender, Mark Foster, Philippe Herreweghe, Jean Jacques Kantorow, Gerard Korsten, Adrian Leaper, Jacques Mercier, François-Xavier Roth, Kaspar Zehnder ou Ronald Zollman. 

Musicien particulièrement éclectique, son vaste répertoire s’étend des suites de Bach sur instrument baroque aux œuvres les plus contemporaines : interprète ou dédicataire d’œuvres de Nicolas Bacri, Franck Bedrossian, Paul Méfano, Piotr Moss, Philippe Schoeller, Alessandro Solbiati, Iannis Xenakis, Philippe Hersant…, il participe ainsi activement depuis des années à la création musicale par de multiples concerts et enregistrements. 

Sa discographie originale, initiée avec le premier enregistrement mondial des Ca- princes d’Al redo Piatti pour violoncelle seul, s’est progressivement étoffée de nombreux titres allant de Brahms à Ginastera, en passant par Martinu, Duparc, Guy Ropartz, Saint-Saëns, Lalo ou Offenbach (duos pour deux violoncelles en compagnie de Jérôme Pernod), autant de disques qui sont régulièrement salues par la presse ( Télérama, recommandé par Classica, 10 de Répertoire, Sélection de l’Année du Monde, the Strad… ). 

www.raphaelchretien.com